27/10/2022

Retour sur la 2e édition du symposium IA & médecine du HDH

À la une
Événement
Partager
save the date

Grâce aux interventions des meilleurs experts de l’Intelligence artificielle (IA) appliquée à la médecine, le deuxième symposium "IA et médecine : promesses et limites" a permis d’établir un état des lieux complet de ces questions hautement innovantes. Réunissant 700 participants.

 

"Ce symposium est le début d’une belle amitié entre l’IA et la médecine ainsi qu’entre les chercheurs de nos deux continents" a déclaré Daniela Rus (Directrice du Computer Science and Artificial Intelligence Laboratory et doyenne adjointe de la recherche au Schwarzman College of Computing du MIT) lors de l’introduction du symposium, résumant bien l’esprit de l’évènement. En effet, en réunissant les meilleurs spécialistes européens et américains de l’IA appliquée à la médecine, la conférence a permis de dresser un tour d’horizon de la question, abordant des sujets tels que les enjeux de l’accès aux données ou les applications concrètes de l’IA à la médecine, que ce soit en termes d’essais cliniques, d’interface cerveau-machine ou encore de découverte de nouveaux médicaments. 

 

La réédition d’un événement faisant l’état des lieux des enjeux d’IA et de médecine

 

L’évènement a été organisé en partenariat avec l’Académie nationale de médecine, le MIT et le HDH, avec pour la première fois le soutien de l’Ambassade de France aux États-Unis. Constitué pour la majorité de chercheurs et d’étudiants de ce domaine, le symposium a tenu son objectif de créer un espace d’échange sur ces questions aussi techniques que primordiales afin d’améliorer la prise en charge des patients. 

Divisé en 3 temps, le symposium a ainsi réalisé un tour d’horizon des promesses de l’IA en médecine, mais également de ses limites. 

 

Ainsi, la première session a porté sur l’accès aux données au niveau national ou international. Une question qui reste complexe et à laquelle les intervenants ont répondu en soulignant l’importance de faire en sorte que les données soient interopérables et en accès libre afin d’en faire bénéficier le plus grand nombre. 

 

Ce secteur rencontre également de nombreux défis : comment s’assurer de la bonne qualité des données et éviter tout biais dans la construction des algorithmes ? Les intervenants de la deuxième session ont esquissé des pistes, mettant en avant le rôle de l’ensemble des acteurs en la matière : producteurs de données, personnel soignant ou autorités de régulation, et l’importance de travailler ensemble au bénéfice du patient. 

 

Enfin, la troisième session a permis d’évoquer les déclinaisons concrètes de l’IA en médecine, autant en termes de découverte de nouveaux médicaments, d’amélioration des essais cliniques que de possibilités pour l’interface cerveau-machine. Des thèmes sur lesquels l’IA est porteuse d’innovation : “pour la création de médicaments, il pourrait s’agir d’une révolution analogue à celle que rencontre aujourd’hui l’industrie automobile” a ainsi déclaré Nicolas Do Huu, Co-fondateur et Chief AI Officer chez Iktos AI.   

 

Ainsi, les différents intervenants ont été unanimes, l’IA est très prometteuse et pourra engendrer de grandes améliorations, mais cela nécessitera certaines adaptations autant techniques que réglementaires. “Nous devons garder à l’esprit que l’utilisation de l’IA en santé est un voyage et non une destination. En définitive, c’est pour le bénéfice du patient que nous utilisons ces outils. L’important pour nous maintenant est de prouver le bénéfice que représente l’IA et montrer que nous pouvons affiner le processus” a ainsi appuyé Farhad Rikhtegar Nezami, chercheur au Brigham and Women’s Hospital à la Harvard Medical School.

 

Une retransmission des échanges sera rendue disponible sous peu

Communiqué de presse

PDF - 0,12 Mo
26/10/2022

Projet TEHDAS : le workshop Europée…

À la une
Citoyen
Événement
10/10/2022

La 3ème vague de candidature du pro…

À la une
Appel à projet